L’alimentation qui perturbe les hormones

Les féculents sont pourvoyeurs d’une grande quantité de glucides. Lorsqu’ils sont digérés, ces derniers sont stimulent la production d’insuline dont le rôle consiste à stocker dans les muscles et sous formes de graisses tout ce sucre anormalement présent dans le sang. De nombreuses études ont mis en évidence que plus on consomme de ces aliments, plus on favorise l’apparition des boutons à cause de cette production exagérée d’insuline.

A ces données, on peut ajouter ce que des chercheurs Israéliens ont démontré en mangeant un petit déjeuner plus consistant et un dîner très léger, on modifie la production de nos hormones. Le taux de testostérones baisse et la fertilité augmente.

Ces stratégies alimentaires pourraient donc présenter un intérêt majeur pour les victimes du syndrome des ovaires polykystiques, mais rares sont les médecins à en avoir connaissance, étouffés par le matraquage des laboratoires pharmaceutiques. A savoir pour réguler naturellement votre cycle, le Gattilier (vitex agnus-castus) est utilisé depuis des millénaires pour son action sur la sphère gynécologique. Mais il y a une autre substance bien connue et très efficaces pour normaliser certaines perturbations du cycle menstruel : c’est la vitamine B6, mais pour qu’elle soit efficace il faut par jour 200mg quotidiennement pendant au moins 1 moins. Et pour finir sur la fertilité, le champignon MAÏTAKE, a la dose de 750 mg par jour, le champignon pourrait s’avérer très efficace même lorsque les traitements médicamenteux qui stimulent l’ovulation ont échoué. Des pistes encore préliminaires mais dénuées d’effets secondaires qui méritent donc d’être essayées en particulier lorsque le cycle est régulé. (prendre maitaké bio)

Articles associés

Les commentaires sont désactivés.